Il m’arrive de jeter un pavé dans la mare simplement pour bousculer certaines idées reçues. Parmi les mythes que je considère convenus, il y a celui qui valorise à tout prix la réalisation d’un bilan de fin d’année pour mieux préparer la prochaine. Je connais des collègues qu’une telle perspective stresse littéralement parce qu’ils s’en font une obligation.

Pour ma part, je ne fais pas de bilan annuel et n’ai pas l’impression de passer à côté d’une chose essentielle. Mes bilans, je les produis au terme de chaque mandat réalisé. Cela me permet d’identifier rapidement mes bons coups, mes erreurs, les éléments positifs, les ajustements à apporter et les aspects à améliorer d’un mandat à l’autre. Je suis en affaires depuis bientôt 25 ans et ça m’a plutôt bien servi.

Je n’attends pas la fin de l’année pour m’évaluer, me remettre en question, revoir mes priorités ou identifier de nouveaux objectifs de développement; je le fais de manière constante en me référant à la vision et à la mission de mon entreprise. J’aimerais donc vous inviter à suivre davantage votre intuition en fonction de votre expérience, à lâcher prise sur les obligations de retour en arrière et à faire confiance aux orientations qui vous ont guidés à ce jour.

Pour moi, l’important, c’est l’investigation, l’évaluation, l’orientation, la planification et l’amélioration en continu. De cette manière, je maintiens une vision globale. Bien que le dicton soutienne que le passé est garant de l’avenir, je n’aime pas regarder loin derrière. Je trouve cela contre-productif.

Oui, je m’arrête en cours de route, le temps d’analyser mes performances pour mes clients et de revoir mes objectifs, mes priorités et mes façons de faire si c’est pertinent. Mais je préfère agir à chaud que me prêter à un exercice d’analyse de situations, d’évaluation de rendement et de projection dans l’avenir, une fois arrivée la fin de l’année. J’ajuste en temps réel, au quotidien, parce que mon milieu est en constante évolution et en changement perpétuel. Attendre les derniers jours de l’année, très peu pour moi; attendre, c’est souvent agir trop tard.

L’amélioration de la pratique doit être une priorité de chaque instant, fixée dans le présent, pour mieux définir et préparer l’avenir que l’on envisage.

Ainsi, à la fin de l’année, je suis déjà rendu ailleurs. En ayant pris soin de constater au fur et à mesure ce que j’ai fait de bien ou moins réussi, je sais ce qui représente le mieux à la fois pour mes clients et moi. Je comprends ce que je dois modifier pour bonifier ma pratique, développer une offre plus personnalisée et améliorer mes interventions. Je connais les objectifs à établir et à prioriser sur le court, le moyen et le long terme.

Si je n’arrive pas à me fixer, je recours à des personnes dont le regard extérieur m’aide à me recentrer. Quand survient le passage d’une année à l’autre, comme maintenant, j’en profite dans l’instant présent plutôt que réveiller ce qui a été.

Si vous êtes bien et satisfait.e.s là où vous êtes, si vous ne souhaitez rien de plus pour votre tranquillité d’esprit et votre bonheur, si vous avez trouvé l’équilibre, à quoi bon tout remettre en question et brasser les cartes? Simplement parce que vous avez lu ou qu’on vous a dit qu’il était important de faire un bilan annuel afin de repartir à neuf l’année suivante?

Si vous avez réussi jusqu’ici, j’ose croire que vos idées de départ n’étaient pas si mal! Adaptez-les au besoin, chaque jour, en demeurant à l’écoute de votre environnement… pas seulement une fois par année.

Je vous souhaite une douce et sereine période des Fêtes en compagnie des personnes qui vous sont chères! Profitez-en pour décrocher et juste vivre au quotidien!

Et ne vous en faites pas trop avec le bilan de fin d’année. Si cela vous conforte dans votre évolution professionnelle, allez-y! Mais si cela devient un facteur de stress et de déstabilisation, oubliez ça et faites-vous simplement confiance… ou faites confiance à votre étoile!

Joyeux et doux Noël! Bonne nouvelle année porteuse d’inspirations, de découvertes et de réussites!